Que cherche la Russie dans le Haut-Katanga ?

Les représentations diplomatiques œuvrent généralement – et c’est connu de tous – pour les intérêts de leurs pays respectifs. Au mois de février 2020, la RDC est au centre d’un ballet diplomatique sans précédent. Deux visites importantes annoncées, celle de la Première Ministre Belge, Sophie Wilmès, et celle du Secrétaire d’Etat américain. L’annulation de l’Arrivée de Pompeo a éte suivie par la visite d’un envoyé spécial des USA qui a rencontré tous les officiels, les opposants mais aussi le président honoraire de la RDC, Joseph Kabange. Mme Sophie Wilmès après avoir rencontré le Chef de l’Etat, le Premier Ministre, l’Opposant Maritin Fayulu a fait le déplacement de Lubumbashi pour inaugurer symboliquement le consulat belge qui a ouvert ses portes déjà en janvier dernier et visité quelques projets à impact social sous financement belge. Cette mission belge en RDC a été diversement critiquée par les milieux belges et congolais sur le sens et les bénéfices mutuels pour un pays comme la Belgique empêtré dans une crise institutionnelle sans précédent qui ne lui permet de disposer d’un gouvernement, Sophie Wilmès assumant les fonctions de Premier Ministre par intérim. Que pourrait apporter aujourd’hui, en terme d’assistance technique et politique, la Belgique à la RDC, si elle n’est pas capable de résoudre sa propre crise ? Le Royaume vit sans gouvernement depuis le 18 décembre 2018, avec la démission de Charles Michel, premier Ministre d’alors, consécutive au départ du gouvernement des Nationalistes flamands de la N-VA. Avec un record dans le passé de vie sans gouvernement de 541 jours (2010-2011). Certaines institutions ne cachent plus leur inquiétude. C’est le cas de la Commission européenne et de la Banque Nationale de Belgique (BNB).

Dans le même ordre d’idée, Alexey SENTEFOV, Ambassadeur de la Russie en RDC a visité le Haut-Katanga. Reçu par le Gouverneur Jacques Kyabula le 14 février 2020, l’Ambassadeur a dévoilé l’intention de son pays d’améliorer la coopération entre les deux pays dans les domaines de l’éducation et des affaires.  Dans la journée, l’Ambassadeur va visiter un médsia avant de donner une conférence à l’Université de Lubumbashi sur le sujet « La politique extérieure de la Fédération de Russie », dans la salle Wazia de la faculté des sciences sociales, politiques et administratives, présence d’une forte délégation russe, du recteur de l’université de Lubumbashi et des membres de son cabinet, du décanat de la faculté de SPA ,des professeurs, des chefs de travaux, des assistants et des étudiants.

La fédération de Russie est aujourd’hui engagée dans la résolution de plusieurs conflits dans le monde. En Lybie comme au Moyen-Orient, la Russie est présente dans toutes les rencontres et donne sa voix. Dans cette guerre de positionnement et d’influence, la Russie a certainement besoin des minerais pour accroitre sa puissance. Le Haut-Katanga est au yeux de la Russie très attrayant. Outre les cuivre, cobalt et le coltan, c’est l’uranium qui intéresse les grandes puissances. A Likasi par exemple, la RDC dispose d’une usine, AFRIDEX, qui fabrique des explosifs civils. Afridex a une capacité de production de 10 mille tonnes d’émulsion en cartouche, 10 mille tonnes d’Anfo emballé, 30 mille tonnes d’émulsion et 60 mille tonnes d’Anfo. L’usine de Likasi a une superficie de 100 hectares avec une production de 60 mille tonnes en vrac mélangé par an.  Si dans les déclarations, l’Ambassadeur de Russie parle de développement en reprenant les mots que les africains aiment entendre (bourse, voyage, visite, etc.), il est naïf de croire que la Russie peut mener des actions non intéressées dans un pays comme la RDC.

À propos De La Rédaction

x

Check Also

La conférence des présidents à l’Assemblee Nationale

Jeanine Mabunda, Présidente de l’assemblée Natianale (RDC) La présidente de l’Ass. Nat, Jeanine Mabunda a ...