Presse écrite à Lubumbashi

Titres des organes de Lubumbashi

Titres des organes de Lubumbashi

La presse écrite se meurt à Lubumbashi. Déjà, il n’existe presque plus de Quotidien, les Hebdomadaires le sont par le nom. Sur les faits d’actualité, comme l’adresse du chef de l’Etat devant les deux chambres réunies en congrès (le 19 juillet 2018) et la rencontre Trump-Putine, aucun organe de la presse écrite sur la ville n’en parle.
Cette attitude inquiète. Le peuple me donne l’impression de déserter l’écrit, de se révolter, et de se méfier de ses intellectuels. Pour qui et pour quoi les journaux lushoix écrivent-ils ? Que dit l’Etat face aux disfonctionnement de la presse écrite à Lubumbashi (dans le Haut-Katanga) ?