Lubumbashi

F.-A. a terminé de consulter les différentes couches de la population

L’heure est aux grandes décisions. C’est d’abord le contexte qui ne se prête pas à une crise politique. Bientôt le mois de décembre, le mois des fêtes et de nouvel an. Le Chef de l’Etat ne voudra sans doute pas que ses prises de position viennent troubler la quiétude de sa population. Il est peu probable qu’il se prononce sur les maux et blocage politiques de son programme d’action pour lequel il a été élu.

F.-A. Tshisekedi Tshilombo, Président de la RDC

Ensuite, le chef de l’Etat caresse le rêve de diriger, pour le compte de la RDC, l’Union Africaine. Il ne voudra pas, à ce niveau de responsabilité africaine, donner l’impression d’être à la tête d’un pays traversé par diverses crises politiques et sociales.

La conséquence est logique : Avant la fin de l’année en cours, il n’y aura pas de remaniement au niveau du gouvernement ou de changement de chef de gouvernement. Le Chef de l’Etat ne peut pas non plus dissoudre le parlement, sans avoir résolu l’épineux problème de la Centrale électorale.

Après les consultations, le Chef de l’Etat devra impérativement prendre langue avec son homologue chef de file du FCC pour trouver des solutions aux différents problèmes qui assaillent le pays.