Dernières nouvelles

Crimes transnationaux

Il s’est ouvert ce mardi 4 février courant à Pretoria,  en Afrique du sud,  une conférence sur la lutte contre les crimes transnationaux et le renforcement de la confiscation des avoirs. Il s’agit pour les participants à cette rencontre de haut niveau non seulement de partager l’expérience,  mais surtout de voir comment renforcer  la confiscation des avoirs des criminels. Cette conférence intervient au moment où plusieurs États africains sont déterminés à combattre ce fléau qui annihile l’élan des Nations de venir à bout de la pauvreté des peuples.Cette réunion organisée dans le cadre de l’Association des Procureurs d’Afrique est financée par l’UNODC, United  Nations Office on Drugs and Crime. Notre Pays,  la République Démocratique du Congo est représentée à  cette conférence par Flory  Kabange Numbi, Procureur général près la Cour de Cassation, à la tête d’une délégation composée de hauts magistrats dont Pierre Shindano, Substitut du Procureur général près la Cour d’appel de Kinshasa/ Gombe. La clôture de cette conférence intervient ce jeudi 6 février 2020.


La clôture de cette conférence est intervenue le jeudi 6 février 2020. Après les mots de remerciements de Mme Zhuldyz Akisheva, Représentante régionale de l’UNODC, office des Nations unies contre les drogues et les crimes pour la Sadc, la parole a été accordée au Procureur général de la République de l’Égypte et président en exercice de l’association des Procureurs africains, APA, en sigle. Celui-ci a dit toute sa satisfaction pour ces assises, tout en remerciant le partenaire. Parmi les résolutions prises à l’issue de cette rencontre, il faut noter notamment :

  1. Identifier les difficultés de coopération en matière de recherches de criminels, en vue de faciliter les poursuites , et surmonter les obstacles légaux et naturels. Ce qui faciliterait la coopération entre les autorités des poursuites dans nos Etats,
  2. Encourager les contacts formels et informels entre les offices de Procureurs des États concernés dans le respect des législations nationales. Ce qui faciliterait l’échange des informations sur la circulation des personnes dangereuses et des avoirs d’origine illicite.,
  3. Développer les mécanismes appropriés permettant la promotion de la communication entre les Etats concernés et designer les points focaux dans le cadre des poursuites et d’application de la loi.
  4. Créer un groupe ou un cadre de travail pour le renforcement de la coopération pénale internationale pour le recouvrement des avoirs criminels.

À propos De La Rédaction

x

Check Also

Amour sincère de l'autre ou l'amour patriotique

Pistes pour un combat patriotique contre la pauvreté

Aujourd’hui encore la pauvreté est une évidence qui freine le développement d’une personne. Ceci l’entraîne ...